Les Pouilles : La vallée d’Itria

A cheval entre les provinces de Bari et Brindisi au centre des Pouilles, la vallée d’Itria c’est une campagne paisible et surtout le berceau des trullis. Ces maisons blanches typiques de la région, dotées d’une forme circulaire et d’un toit conique que l’on retrouve par centaines à Alberobello. Outre les trullis, la vallée abrite également plusieurs villages – notamment Ostuni et Locorontondo – dont le blanc immaculé des murs fait rêver tel un mirage en plein désert.

Jour 2

C’est en début d’après-midi que nous arrivons à Alberobello, ce village célèbre pour ses trullis classés au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce sont ces petites maisonnettes  au toit conique blanchies à la chaux qui font toute la renommée de la ville. Nous avons garé notre voiture à proximité du Trullo Sovrano, le seul trulli de la ville composé de 2 étages. Pour 1,50€, il est possible de visiter ce bâtiment historique construit au milieu du XVIIIème siècle. Aux alentours, il est possible de voir quelques trullis classique à 1 étage, mais vous n’en verrez jamais autant que dans le quartier du Monti. C’est clairement le quartier où se ruent tous les touristes pour admirer les trullis dont la plupart ont été convertis en restaurants et boutiques de souvenirs… Prenez le temps de faire une photo au Belvédère des Trullis situé Piazza Gian Girolamo.

BMMA-blog-voyage-italie-les-pouilles-alberobello (3)

 

Pour vivre l’expérience jusqu’au bout, nous avons loué un trulli pour tester ces habitations historiques que nous récupérons en fin de journée. L’emplacement de notre logement était vraiment le parfait équilibre entre la proximité du centre ville et le calme d’un quartier résidentiel. En plus de ça notre hôte Martino débordait d’attention à notre égard, un sans faute! A l’intérieur de notre habitation, on retrouve une grande pièce principale avec des niches qui desservent les autres point d’intérêt de la maison (cuisine, salle de bain et chambre). A noter que ces habitations sont assez basses de plafond donc pas forcément adaptée à toutes les tailles.

Le soir, on décide d’aller manger au restaurant Pinnacolo situé en plein cœur du quartier Monti. Nous avions vu que le restaurant affiche souvent complet et qu’il était préférable de réserver en avance. Si on nous avait dit qu’on se retrouveraient affamés au milieu des trullis à attendre pendant plus de 30 minutes que le restaurant ouvre ses portes, on n’y aurait pas cru! Heureusement, les plats étaient bons mais la nonchalance des serveurs  ne nous a pas fait grande impression… On termine notre 1ère journée par une petite ballade digestive avant de regagner notre petit nid d’amour.

BMMA-blog-voyage-italie-les-pouilles-alberobello

BMMA-blog-voyage-italie-les-pouilles-alberobello (1)
Jour 3

Le soleil (jusqu’alors absent) a décidé de faire son apparition dans la matinée. Nous sommes retournés dans le quartier du Monti en empruntant cette fois-ci des ruelles plus éloignées des axes commerçants. Sur le chemin du retour, nous avons trouvé par hasard que la petite boutique Nostra del Trullo disposait d’un point de vue sur sa terrasse. Le temps de faire quelques photos puis nous voilà partis en direction de Locorotondo, petit village situé entre Alberobello et Ostuni, notre prochain point de chute.

Après 30 min de route, la ville ne paye pas de mine et n’a rien d’exceptionnel au premier abord. Mais comme beaucoup de villes dans les Pouilles, il faut rejoindre le centre historique pour que le charme opère. Petites ruelles blanches aux portes et fenêtres fleuries, une atmosphère très poétique. Pour autant, arriver en début d’après-midi pendant la sieste n’était pas franchement la meilleure des options. Avec les petites ruelles du centre historique qui forment une sorte de labyrinthe, on a plusieurs fois eu l’impression de passer encore et toujours aux mêmes endroits, ce qui a grandement complexifier (malgré le GPS!) la recherche d’un restaurant pour remplir nos ventres vides. Finalement, c’est dans Le Belvédère que nous nous installons pour déguster une énorme et savoureuse pizza pour la modique somme de 7€!


BMMA-blog-voyage-italie-les-pouilles-locorotondo

Contrairement à Locorotondo, Ostuni m’a séduite avant même de pénétrer dans son centre historique. Déjà sur la route, la Cita Bianca (cité blanche) s’impose toute de blanc vêtue dans un panorama partagé jusqu’alors entre des tons verts et bleus. A la découverte du centre historique, impossible de rester de marbre devant la beauté de cette cité qui a pourtant un passé historique douloureux. Les habitants durent à l’époque se défendre contre l’invasion des turcs et lutter contre la peste en blanchissant tous les édifices à la chaux. Après avoir arpenté les ruelles et pris beaucoup de photos, on tombe une nouvelle fois par hasard sur un bar perché sur les hauteurs de la ville : le Borgo Antico Bistrot. 

En récupérant les clés de notre location, le retour à la réalité est un peu difficile. Je pensais avoir réservé un studio romantique avec jacuzzi alors que nous nous sommes en réalité retrouvés dans un ancien garage réaménagé sans fenêtre, plein d’humidité et avec un jacuzzi que nous n’avons jamais réussi à faire fonctionner… C’est assez rare que je sois déçue à ce point des logements que je réserve, mais cela fait parti des aléas du voyage. Mais il en fallait plus pour nous miner le moral, après tout on y reste qu’une seule nuit. Pour notre dernière soirée, nous avons choisi le restaurant Sapere et Sapori, une petite cantine familiale, dans laquelle nous avons dégusté des bons plats copieux.

 

Jour 4

On immortalise une dernière fois la cité blanche avant de continuer notre voyage jusqu’au talon de la botte italienne, la province du Salento. Afin de profiter de toute les richesse de cette région, c’est à Lecce que nous poserons nos valises pendant 2 jours. Il faut compter une bonne heure depuis Ostuni pour rejoindre la ville de Lecce. Pas habitué à rouler si longtemps, on décide de faire une escale dans la petite ville portuaire de Brindisi. Elle fut pendant 5 mois environ la capitale de l’Italie suite à l’occupation de Rome pendant la 2ème guerre mondiale. Contrairement aux autres ville par lesquelles nous sommes passées, nous n’avons pas été charmé malgré son port moderne rempli de terrasses.  

Ce qui nous aura charmé en revanche, c’est le restaurant Piazetta Colonne situé comme son nom l’indique, à proximité de la colonne romaine du centre-ville. Historiquement, ce sont deux colonnes qui se trouvaient à cet emplacement, mais la deuxième s’est effondrée au XVIIIème siècle. On s’installe en terrasse pour profiter de la vue sur le port en dégustant un bon plat de pâtes. De quoi finir en beauté dans une ville sans charme particulier. Il faut dire que le niveau était assez élevé après des villes aussi romantiques qu’Alberobello, Ostuni et Locorotondo.


BMMA-blog-voyage-italie-les-pouilles-ostuni (18)

 

Le charme de la vallée d’Itria réside dans l’harmonie de ses couleurs. Le blanc des habitations marié aux nuances de vert apportées par la végétation alentour rend la découverte de chaque village magique, féérique.

Mes autres articles:
. 1 semaine pour découvrir les Pouilles


Si comme moi vous aimez Pinterest, je vous invite à me suivre sur mon compte BMMA – Blog Voyage Vous pouvez également épingler cet article pour le garder bien au chaud!